Blog

VIE D’CAMION // LA SOBRIÉTÉ COMME ÉVIDENCE

Est-il encore nécessaire de rappeler que nous vivons dans un monde dans lequel réchauffement climatique et destruction du vivant sont en train de bousculer, de façon quasi-irrémédiable, notre manière d’habiter notre planète ? Si ces constats ne sont malheureusement pas nouveaux, nous faisons partie de ceux que ça préoccupe, et pas qu’un peu.

La Vie d’Camion, comme on aime l’appeler, nous permet de revenir à une forme de sobriété, imparfaite bien entendu mais tout de même réelle.

Le temps s'arrête parfois quand on voyage
Parfois, le temps semble s’arrêter quand on voyage, surtout en pleine nature !

Notre situation

Nous ne sommes pas nomades à plein temps mais plusieurs fois dans l’année nous vivons dans notre camion. Que ce soit pour des excursions d’ordres privés (du voyage au simple week-end) ou professionnels (bien souvent des tournages), nos pérégrinations sont toutes l’occasion d’expérimenter une forme de sobriété qui va de paire avec cette façon de voyager.

Pour commencer, précisons que l’aménagement de notre Volkswagen Crafter est finalement assez simple : un lit en partie pliable, une banquette, un meuble cuisine, une plaque de gaz, un évier et un réseau électrique simple pour alimenter les 6 leds, une glacière à compression et la pompe à eau.

Pas de douche et toilette intérieur, pas de chauffage, même pas de prise 220 Volts. Juste le nécessaire donc pour se déplacer facilement et vivre plusieurs jours de suite en autonomie.

van aménagé artisanal
Une soirée en van avec des copains, un apéro et une plâtrée de pâtes suffisent amplement pour une bonne tranche de vie !

Voyager, que ce soit pour des vacances ou bien même pour des déplacements pros, est un luxe dont nous avons conscience. Nous faisons partie du tout petit pourcentage d’humains sur cette planète à pouvoir jouir de ce plaisir. D’ailleurs, de manière plus globale, nous sommes aussi, en tant qu’occidentaux, de la petite partie de population mondiale dont l’impact sur le vivant est le plus significatif (on pourrait même dire nocif).

D’avoir pleinement à l’esprit ce constat nous pousse à questionner et remettre en cause nos habitudes. Car s’il est évident que les réponses les plus puissantes que nous devons apporter à l’enjeu environnemental doivent d’abord être collectives et systémiques, nous ne pouvons pour autant pas mettre de côté le rôle individuel que nous tenons tous dans cette affaire (les plus riches notamment).

Les impacts environnementaux

Avant d’évoquer les avantages de notre manière de vivre en camion vis-à-vis des enjeux environnementaux, parlons d’abord des inconvénients, car il y en a aussi évidemment.

D’abord, il faut acheter le camion et tout le nécessaire pour l’aménagement. Bien entendu, ceci a un coût environnemental car tout ce qui est fabriqué, ou que ce soit dans le monde, émet du CO2 et détruit une petite partie du vivant. Toutefois, notre camion est un Crafter L2H1 donc de taille plutôt modeste comparée à un camping-car ou d’autres vans aménagés. Notre aménagement artisanal est certainement aussi moins impactant qu’un aménagement industriel.

Ensuite, un camion étant fait pour rouler, il faut bien-sûr le nourrir en carburant et c’est certainement là que se situe le gros de notre empreinte carbone.

Nous étions cet été en Scandinavie et avons roulé un peu plus de 5000km sur Juillet-Août, ce qui correspond à environ 85km par jour en moyenne. C’est non-négligeable mais quand on y réfléchit notre part individuelle n’était pas plus élevée que celle d’un salarié éloigné de 20-30km de son poste de travail et qui fait l’aller-retour chaque jour !

van couché de soleil
Une belle clairière et un couché de soleil, il ne faut pas beaucoup plus pour apprécier le spot du soir

Les avantages du point de vue environnemental

Dans l’autre sens, pointons maintenant les avantages de la vie d’camion d’un point de vue environnemental. Bien-sûr, il ne s’agira pas d’en faire une généralité, ceci est juste le retour de notre expérience personnelle.

De manière générale, on va dire qu’on est contraint à beaucoup plus de sobriété quand on vit en camion. D’abord concernant l’eau. Nous avons un réservoir de 80L d’eau propre et à 2 nous en venons à bout en environ 72H. Cela correspond donc à une consommation d’eau d’environ 15 L / Jour / Personne (cuisine, vaisselle, douche). Un peu plus lorsque l’on fait une lessive à la main. Notre consommation d’eau est donc bien moindre comparée à celle qu’on a en maison (en moyenne 150L / Jour / Personne).

Notre consommation d’électricité est elle aussi réduite à son minimum. Nous alimentons un petit frigo à compression (qui ne se déclenche que lorsque la température augmente), 6 Leds, une pompe à eau, une prise 12V et une prise USB. L’énergie est fournie à notre batterie secondaire seulement par l’alternateur du camion lorsque nous roulons.

van aménagé désert maroc
Petite pause aux portes du désert marocain

Concernant le gaz, nous utilisons une bouteille de propane de 6kg tous les mois environ pour la cuisine, ce qui est assez peu également. Pas de chauffage ou de climatisation.

Vivre en camion, dans un espace restreint, la plupart du temps dans la nature pousse à sortir du modèle de consommation vers lequel on tente sans cesse de nous pousser dans la « vie normale ». En effet, les sollicitations sont bien moins nombreuses, on est moins tenté par l’achat inutile car on se tient loin des lieux de consommations et des lieux de sorties. Et sur le bilan final, ça compte ! De toute façon, rien ne sert d’accumuler les biens puisque le camion n’est pas extensible, on a le juste nécessaire et c’est très bien comme ça !

Alors bien entendu, on ne bénéficie pas de tout le confort auquel on s’est habitué en maison. Mais c’est aussi tout l’intérêt de l’expérience : se rendre compte qu’avoir l’eau qui coule du robinet est un luxe, prendre conscience que l’achat n’est bien souvent dicté que par la sollicitation et non pas le véritable besoin ou encore intégrer que chier dans de l’eau potable est définitivement une hérésie …

Ce qui est assez frappant depuis qu’on pratique, par intermittence, la vie d’camion, c’est qu’une fois rentrés à la maison, nous faisons encore plus attention à l’impact de notre mode de vie quotidien. Finalement, on s’habitue assez facilement à moins consommer. On s’accommode bien volontiers de prendre des douches plus courtes, de moins chauffer la maison, de moins laver ses vêtements, etc …

spot lac camion
Un spot très escarpé au fin fond d’un bras de lac portugais

Pour aller plus loin

En parallèle, nous nous appliquons également d’autres limites (que ce soit en vie d’camion ou non d’ailleurs) dont les principales sont de ne plus prendre l’avion (ou très exceptionnellement) et de ne plus manger de viande et de poisson (ou très exceptionnellement, notamment le poisson pêché à la ligne). On en reparlera peut-être plus longuement dans un autre article mais les ravages de l’industrie de la viande et du la pêche ainsi que les impacts de l’aviation sont suffisamment sourcés pour ne pas prendre ces sujets à la légère.

En tout cas, de notre côté nous considérons qu’on ne peut être vraiment conséquents à propos de la dimension écologique sans prendre en compte ces enjeux-là dans sa vie quotidienne. Il va sans dire que nous ne sommes pas moins heureux ou plus frustrés en vivant ainsi. Pour autant, nous ne blâmons pas ceux qui prennent l’avion occasionnellement ou qui mangent de la viande raisonnablement (ne serait-ce que pour préserver un système d’élevage paysan).

Malgré l’attention particulière que l’on porte à la question environnementale, nous ne sommes pas parfaits. Nous avons encore des axes d’améliorations bien que l’impact 0 n’existe pas de toute façon. Gardons toutefois à l’esprit que rien se sert de s’auto-flageller pour le moindre gramme de C02 émis quand on sait que l’écrasante majorité des effets néfastes est d’abord imputable aux super-pollueurs. Encore une fois, c’est plus largement qu’il faudra agir pour que la balance puisse de nouveau pencher du bon côté … En attendant, cette petite forme de sobriété induite par la vie en camion est au moins bénéfique pour nos esprits parfois tourmentés et soucieux de l’avenir !

Rédigé par "Hugo"